Mon CV professionnel

Christophe Quintin
Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, je suis actuellement inspecteur en chef de l'Autorité de sûreté nucléaire. Membre du COMEX ASN, mon activité principale porte sur l'animation de la mission inspection de l'ASN : définition du programme, gestion des inspecteurs et de leur formation, participation à des inspections sensibles, relations avec les organismes agréés, etc. Je supervise par ailleurs, pour le compte du COMEX, un certain nombre de missions, comme la sécurité (interfaces sûreté/sécurité, sécurité interne à l'ASN, etc.), les situations d'urgence (supervision du processus concerné, relations avec le SGDSN, les autres ministères et les préfectures concernées) et certains dossiers environnementaux transverses (comité de pilotage du Réseau national de mesure de la radioactivité dans l'environnement, commission d'agrément des laboratoires).
Si vous souhaitez savoir à quoi ressemble une inspection de l'ASN, vous pouvez visualiser ce petit film, réalisé pendant une inspection de revue à la centrale nucléaire de Gravelines.
Précédemment, de février 2013 à octobre 2017, j'étais chef du service de défense, de sécurité et d'intelligence économique, Haut fonctionnaire de défense et de sécurité adjoint, au sein du ministère de la transition écologique et solidaire et du ministère de la cohésion des territoires, après avoir été adjoint au chef de service pendant six mois.
Les activités de ce service recouvraient plusieurs thématiques assez diversifiées, ayant pour point commun la défense civile :
  • La veille opérationnelle et la gestion de crise. Les champs de compétences de ces ministères (transport, énergie, risques naturels, risques technologiques, logement, etc.) amènent fréquemment à gérer des situations de crise, en partenariat avec les autres ministères concernés (voir ici le centre interministériel de crise lors de la crise neige de mars 2013) et leurs organisations doivent donc être adaptées et professionnelles
  • La protection des installations nucléaires et des transports de matières nucléaires civils contre les actes de malveillance (sécurité nucléaire) : élaboration de la réglementation, largement issue de conventions internationales, autorisations et inspection des installations et des transports.
  • L'animation de la politique relative aux secteurs d'activité d'importance vitale dans les champs de compétences de ces ministères
  • La gestion de la protection du secret de la défense nationale (habilitations, etc.)
  • La sécurité des systèmes d'information (principalement orientée vers les opérateurs publics et privés du champs ministériel)
  • L'intelligence économique, orientée sur les secteurs à enjeux pour ces ministères
Mon poste précédent, occupé jusqu'à septembre 2012, fut celui de directeur régional de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) pour la région Basse-Normandie, poste créé début janvier 2010. Les DREAL sont issues de la fusion des DRIRE (direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement), des DIREN (direction régionale de l'environnement) et des DRE (direction régionale de l'équipement). Les DREAL sont le service déconcentré régional du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie et du ministère du logement et de l'égalité des territoires.
La consultation du site de la DREAL Normandie vous permettra d'obtenir davantage d'informations pratiques sur les missions, nombreuses et vastes, de ce service de l'Etat en région.
J'étais auparavant directeur de la DRIRE Basse-Normandie, préfigurateur de la DREAL, depuis juillet 2009. Les DRIRE étaient, comme le sont aujourd'hui les DREAL, les descendantes des "services des mines", vocable dont nous aurons bien du mal à nous défaire dans l'esprit du grand public. L'activité des DRIRE s'articulait autour de trois grandes missions:
  • développement économique
  • protection de l'environnement (inspection des installations classées)
  • sécurité des personnes et des transactions commerciales (contrôle technique des véhicules, des équipements sous pression, contrôles métrologiques, contrôle des barrages et des installations nucléaires civiles)
Avant d'occuper mon poste à Caen, j'ai occupé le poste de directeur de la DRIRE Bourgogne, à Dijon, de juin 2005 à juin 2009. Les missions de cette direction régionale étaient similaires à celles évoquées ci-dessus. Auparavant, j'ai travaillé pendant près de 10 ans au sein de l'Autorité de sûreté nucléaire, à Bordeaux puis à Lyon. L'Autorité de sûreté nucléaire est, depuis la loi du 13 juin 2006, une autorité indépendante, ce qu'elle n'était pas encore à cette époque. Mon travail s'est déroulé au sein des divisions territoriales de Bordeaux et de Lyon. Ce travail peut se résumer en un mot : le terrain. Il s'agit de vérifier que les exploitants des installations nucléaires (EDF, AREVA, CEA, etc.) assument avec efficacité leurs responsabilités. Ce travail s'effectue pour une large part grâce à des inspections, conduites à toute heure du jour ou de la nuit, de manière annoncée ou inopinée.
Avant ces postes nucléaires, et un séjour d'un an à l'Ecole nationale des ponts-et-chaussées dans le cadre du mastère "management public et maîtrise technique", j'occupais un poste bifacette à Toulouse, au sein de la DRIRE Midi-Pyrénées : énergie d'une part (contrôle des grands barrages du nord de la région, inspection du travail sur la centrale nucléaire de Golfech, alors en construction) et environnement d'autre part (essentiellement sur les thématiques déchets et sols pollués).
Mon premier poste "officiel" fut un poste de chargé de mission au sein du service des technologies propres et des déchets du ministère de l'environnement. J'y étais plus spécialement en charge de la politique de valorisation des déchets industriels.
Préalablement à ce premier poste, j'ai eu la chance de travailler 18 mois en Indonésie (Bandung, sur l'île de Java) pour le compte du BRGM, dans le cadre de mon service militaire. Mon travail a consisté à dimensionner et à construire une décharge "pilote" d'ordures ménagères, avec récupération du biogaz et traitement des lixiviats par lagunage. Peu de temps pour plonger durant ce séjour, ce qui est un peu regrettable, mais d'innombrables souvenirs, et la connaissance d'une contrée peuplée de gens extrêmement sympathiques.
Enfin, ce petit tour rétrospectif de ma carrière administrative sera complet lorsque j'aurais indiqué que, à l'issue de ma sortie d'école (Ecole nationale des travaux publics de l'Etat), j'ai effectué un poste "provisoire" d'un an et demi au laboratoire "génie de l'environnement et écodéveloppement" de l'ENTPE, période pendant laquelle j'ai pu pratiquer la paillasse plus que de raison.
A titre plus personnel, je suis marié et père de trois enfants.

Valid HTML 5.0 Dernière modification : 16/06/19